Supercinq Raid, Février 2013

Sur cette page, vous pourrez lire le bref journal de bord de ma participation à la 6e édition du Supercinq Raid ! Il s’agit d’un raid solidaire pour acheminer matériel et soutien (matériel, financier et moral) aux personnes à mobilité réduite et aux dispensaires agissant pour le handicape au Maroc.

Jour 1 & 2

Départ de Rennes hier (22 Février) à 14 heures. Je prends part au raid en débutant l’aventure dans le 4×4 de Laurent, le co-organisateur du Supercinq Raid en compagnie de deux autres Supercinq, les équipages 62 et 035.

DSCF4109

Première étape : Nantes. Court arrêt pour récupérer la troisième passagère du 4×4 et la Supercinq de l’équipage 26.

DSCF4120

Deuxième étape : Bordeaux, enfin quelque part par là… C’est l’occasion de réunir d’autres Supercinq pour la prochaine étape, après un buffet organisé.

C’est à partir de là que les choses commencent à devenir marrantes ! On quitte Bordeaux et ses environs à 22h pour une traversée avec quelques pauses essences, café et une pause dodo d’une heure pour rejoindre Algeciras d’une traite !

Pour ce trajet j’ai changé de véhicule, j’ai pris place dans le 4×4 de Dominique, l’organisateur du Supercinq Raid. J’ai pu prendre les commandes du 4×4 et guider un peloton de Supercinq lancé à toutes allures malgré leur chargement important ! 1808 km tout de même !

Trajet

Une fois arrivé, c’est la grosse pause à l’hôtel, jusqu’au lendemain. Juste le temps de remarquer que le 4×4 roule facilement en crabe dans les rond points… Promis, la prochaine fois je lève le pied !

Le départ d’Algeciras se fera demain matin à 8h, nous traverserons le détroit de Gibraltar. En attendant, « repos » pour les raideurs et les supercinq ! Et oui, certaines ont déjà souffert.

Jour 3

La journée a commencé par l’embarquement pour la traversée du détroit de Gibraltar. L’occasion d’aligner un maximum de Supercinq.

DSCF4144

Dès le débarquement de l’autre côté, c’est le passage de la douane. Deux heures d’attente.

DSCF4215

Puis la route continue jusqu’à Chefchaouen. Pause à l’hôtel avant la prochaine étape demain.

trajet

Au final la journée n’est pas très chargée, mais fut tout de même longue !

NB : Plus de photos sont disponibles sur ce lien => https://www.facebook.com/media/set/?set=a.337564813021875.69713.100003050772073&type=1

Le résumé des jours précédents se trouve sur le blog dans l’onglet « articles »

A bientôt !

Jour 4

A cause de la connexion internet trop faible, je ne pourrais pas ajouter de photos ce soir. Je complèterai donc l’article dès que possible en photos.

Le départ de Chefchaouen s’est fait à 8h00 tant bien que mal en dégageant une à une les Supercinq entassées. De là le convois s’est mis en route en suivant les indications du road book. Pour ma part, je pris place dans une Supercinq.

DSCF4257

Au fil de la route les pauses se multiplient, dans un premier temps pour souffler un peu, puis pour les réparations… Sans gravité heureusement et réparées rapidement par l’équipe de mécanos du raid.

DCIM100MEDIA

La route continue jusque dans les hauteurs et aussi surprenant puisse t-il paraitre, il y a de la neige ! Jusque là, les routes restent très praticables, à conditions d’être vigilant et vif pour éviter les trous et tranchées dans la route.

Mais le réconfort est de taille au terme de ces 380 km de routes. L’hôtel de Midelt est de très haut standing !

trajet

Jour 5

Le Road Book d’aujourd’hui affiche une étape reliant Midelt à Erfoud, soit 214 km.

trajet

Au détour d’une rue de Midelt, on peut y trouver ce qu’on veut. Fruits d’origines inconnus, marchands de minéraux dotés du don d’apparaitre près de vous et surement un tas d’autres choses.

DSCF4287DSCF4290

Le premier arrêt de l’étape est le dispensaire de Anarouze, un centre spécialisé dans l’accompagnement des enfants autistes et atteint de handicape mental. Le centre est composé d’un personnel compétent et dévoué au soutien de ces enfants. Ils sont d’autant plus méritant qu’ils ne sont plus financés par l’Etat, leurs financements sont désormais autonomes.

DSCF4316

La route reprend ensuite pour s’enfoncer plus loin dans le Maroc vers les pistes et le sable que nous verrons demain. Mais les paysages changent radicalement, il n’est plus question de verdure ou même de neige. Cependant on trouve encore de l’eau « facilement ». Une eau qui sert en partie à alimenter les nombreux palmerais de la zone.

Au fil de quelques arrêts, on se rend compte que l’on s’égare des lieux touristiques du Maroc.

DSCF4422

Heureusement loin des lieux touristiques on trouve un tas de détours qui en jettent !

DSCF4428

Quelle que soit la route empruntée, l’organisation trouve le moyen de nous trouver des hôtels de très haut niveau. Le calme avant la tempête à vrai dire car demain les choses sérieuses commencent. On attaque les pistes en Off-Road !

Jour 6

Sur le Road Book, l’étape d’aujourd’hui consiste à rouler de Erfoud à Merzouga. Par la route la liaison se fait en une soixantaine de kilomètres, mais c’est moins drôle ! L’organisation a donc décidé de passer par les pistes et de contourner la dune de Merzouga.

trajet

C’est cette étape qui donne le coup d’envoi pour l’attaque des pistes et … des premiers ensablements !

DSCF4519

Les ensablements ralentissent le trajet mais font partis du jeu et restent de bons moments. Mais une fois désensablés, les équipages peuvent reprendre les pistes sans se poser de questions. Cette journée de piste n’est pas la plus dure.

DSCF4499

La journée s’est donc résumée à la découverte des pistes pour certains et à l’échauffement pour d’autres. Quoi qu’il en soit cela n’empêche pas de mettre les mécaniques à dure épreuve, même pour les 4×4 d’assistance…

DSCF4567

Jour 7

L’étape de ce jour s’est faite sans Road Book. La cause ? Pas de routes, de la piste uniquement ! L’organisation a prévenu les participants : les mécaniques et les raideurs risquent d’avoir quelques difficultés.

trajet

Pour des raisons de sécurité, les passages difficiles se font un par un. Ces passages difficiles sont les bacs à sable et le moindre ralentissement cause l’ensablement. Donc gaz à fond par nécessité et pour le plaisir des yeux !

DSCF4624

Les pistes sont d’autant plus intéressantes qu’il s’agit des anciennes pistes du Paris-Dakar pour certains passages. Elles nous mèneront un peu plus tard dans la journée à un autre dispensaire que le Supercinq Raid a choisi d’aider.

DSCF4656

Après la donation à l’association, les pistes reprennent avec des passages de plus en plus impressionnants.

DSCF4715

Les passages difficiles s’enchainent, les ensablements sont relativement fréquents et les pistes nous enfoncent toujours plus loin dans le désert. Au volant on s’amuse, on mange du sable, mais on rate quelques coins du désert qui méritent pourtant le détour.

DSCF4832

La journée de pistes s’est finalement déroulée sans incidents majeurs. Quelques pannes et casses d’amortisseurs, mais les Supercinq dans le désert ne passent pas toujours sans encombres. Les mécaniques et les participants ont bien mérités leur nuit de repos, c’était surement la journée la plus difficile du raid.

Jour 8

L’étape d’aujourd’hui marque la dernière journée de bacs à sable, mais pas la dernière de pistes. On quitte M’harech pour rejoindre la ville de Tinghir selon un parcours d’une bonne centaine de kilomètre.

trajet

Les pistes de M’harech nous mènent en des lieux où le silence et le calme règnent, l’occasion rêvée pour une pause.

DSCF4888

Mais il n’y a pas de calmes qui sachent résister à la fougue des supercinq traversant les bacs à sable !

DSCF4893

Une fois sortis des derniers bacs à sable, la route reprends, les paysages s’enchainent et l’heure du repas arrive. On décide donc de s’arrêter dans la cours d’un Marocain. Et c’est là que l’hospitalité marocaine montre à quel point elle est accueillante. L’habitant nous offrit volontiers le thé et le pain en échange de quelques vêtements pour lui et sa famille.

DSCF4909

L’étape reprends son cours jusqu’à l’hôtel Bougafer qui marque l’arrivée du jour 8. Encore quelques soucis de mécaniques à régler avant le repos et l’attaque des gorges de la Todra demain.

DSCF4915

Jour 9

Avant dernier jour avant de quitter le Maroc. Pour ma part, surement la plus belle étape du raid, aussi bien sur le plan humain que sur le plan naturel.

Nous quittons Tinghir pour revenir à Midelt en traversant cette fois les gorges de la Todra.

DSCF5043

La traversée de ces gorges se termine rapidement, il semblerait que le temps passe plus vite au Maroc… Les paysages s’enchainent mais les rencontres ne tardent pas à arriver.

DSCF5048

Le convoi s’arrête pour venir en aide à ces jeunes filles en leur donnant de quoi manger et un peu d’argent en espérant soulager leurs conditions de vie quelques temps.

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

DSCF5055

Le convoi s’arrête de nouveau et prévoit vêtements chauds et nourriture pour ces bergers berbères qui vivent dans un renfoncement de la falaise, exposé au vent.

DSCF5071

Et ce sont encore les plus démunis qui sont prêts à tout vous offrir. Ces bergers sont heureux de nous offrir de le thé et du pain.

DSCF5137

Après la claque de ces rencontres, nous reprenons la route de Midelt. Il nous aura fallu toute la journée pour parcourir les 257 km de l’étape.

trajet

Jour 10

Dernière étape du Supercinq Raid.

trajet

Les derniers coffres contenant des fournitures scolaires, du matériel et des jouets pour les enfants offrent leur contenu aux enfants d’une école au bord des anciennes mines de cuivre et d’argent.

DSCF5174

L’échange avec l’école touche à sa fin et les Supercinq reprennent la route. Enfin, si l’on peut appeler ça une route …

DSCF5186

Nous sortons ensuite de ces villages autrefois prospères de part l’activité minière mais sont désormais réduit à l’état de village fantôme. Les derniers résidents subissent cette situation et sont nettement défavorisés. Ce qu’il y a de plus proche de ces villages sont les pistes et le désert à perte de vue.

DSCF5189

Pourtant au milieu de ses pistes les rencontres s’enchainent entre les bergers, les habitations isolées et les modestes villages.

DSCF5200

Nous reprenons ensuite la route vers Fès, les décors changent et les rencontres aussi. Nous nous arrêtons par curiosité dans ce que je j’appelle un séchoir à oignons pour savoir quelles sont les conditions de travail de ces jeunes ouvriers.

DSCF5218

Fès approche, la fin du raid aussi, la fin d’une aventure humaine … Demain nous reprendrons le chemin inverse, vers la France.

Pour ce qui est de l’impact de ce raid sur chacun, je ne ferais aucun commentaire et vous laisse prendre part à cette aventure vous même !

Photos : A. Flament

Illustrations : Google Maps, A. Flament

Remerciements :

Comité des fêtes d’Augan pour la confiance qu’ils m’ont accordée et le soutien financier qu’ils m’ont apporté pour prendre part à cette aventure

M. P. Flament et Mme G. Flament pour leur soutien moral infaillible et leur importante aide financière

Le Garage Point S de Guer pour l’aide mécanique apportée dans la préparation de mon véhicule

Tous ceux qui m’ont soutenu dans ce projet (A. Basset, R. Flament, C. Chansou, T. Bleher…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s