Distances de sécurité

Introduction

Il suffit d’un simple coup d’œil sur la route pour se rendre compte que les distances de sécurité sont bien trop souvent insuffisantes. Les raisons sont multiples (inattention, inconscience du risque, fatigue…) et peuvent entraîner des situations particulièrement dangereuses !

Importance des distances de sécurité

De façon relativement évidente, les distances de sécurité permettent avant tout, en cas d’imprévu, de freiner à temps pour éviter l’accident ou le sur-accident.

Plus précisément, les distances de sécurité permettent d’anticiper et d’appréhender la route par ses propres moyens. En effet, se tenir à bonne distance permet d’accroître sa visibilité en évitant l’obstruction de son champs visuel par le véhicule qui précède et de conserver un niveau d’attention suffisant.

Ce dernier est, sans surprise, essentiel à la conduite. Pourtant, il est aussi dépendant des distances de sécurité car une distance insuffisante conduit au mimétisme. Autrement dit, le conducteur qui suit de trop près le véhicule qui le précède va se faire « happer » par la conduite de ce dernier. Cela s’explique par le manque de visibilité, dans ce cas, il est difficile de choisir ses propres trajectoires et le conducteur va instinctivement copier celui qui le précède donc diminuer ses réflexes et son appréciation des éléments de la route. Par exemple, en situation de verglas, le mimétisme va complètement nuire au conducteur ayant perdu sa concentration. En plus de l’effet de surprise de la perte d’adhérence, il va mettre bien plus de temps à comprendre la situation et réagir en conséquences.

En tenant de bonnes distances de sécurité on conserve donc son attention et un bon champs de vision. L’autre avantage de cette distance permet aussi au conducteur d’anticiper un imprévu dans le même laps de temps que le conducteur qui précède et peut être de réagir de meilleure façon en ayant pris en compte plus de paramètres.

Choisir une bonne distance

Lorsque l’on parle de distance de sécurité, on entend souvent parler de temps de réaction. C’est ce dernier point le plus important. Parler en distance est peu significatif lorsqu’un facteur temps (temps de réaction) et un facteur vitesse (vitesse du véhicule) interviennent et varient.

En effet à 50km/h les distances de sécurité séparant les véhicules sont différentes de celle de véhicules roulant à 130km/h. Sur autoroute, il est conseillé de tenir deux grandes bandes blanches d’espace entre deux véhicules tandis que sur des routes à limitations de vitesse inférieures cette distance n’est pas nécessaire d’autant plus qu’il n’y a plus de repères explicites et réguliers.

D’où la difficulté du choix de la distance adéquate. Il est donc nécessaire de raisonner différemment : en utilisant la variable temps et c’est cette dernière qui assurera une sécurité fiable et constante.

Selon les individus, le temps de réaction moyen est d’une seconde et demie. C’est-à-dire que pendant ce temps, aucune décision n’est encore prise ou mise en action pour réagir face à un imprévu. Il convient donc d’au moins doubler ce temps pour permettre au conducteur d’agir à temps, soit trois à quatre secondes.

Pour garder entre trois et quatre secondes avec le véhicule qui précède il suffit de se fixer un repère sur la route ou sur le bord de la route et de, simplement,  compter la différence de temps entre les deux véhicules sur ce même repère.

Conclusion

Si l’on respecte cette petite règle de sécurité que sont les distances ou les temps décris supra, on pourra vite profiter d’un meilleur confort de conduite : grâce à une sécurité accrue pour tous les usagers de la route et plus simplement, en courtoisie, en évitant de pénétrer dans la zone de proximité des autres conducteurs, de leur mettre une pression inutile ou paraître agressif.

Itesaki.

Publicités